Ganglions enflés?

On a tous déjà entendu parler des ganglions lymphatiques. Mais de quoi s’agit-il vraiment et à quoi servent-ils? Voici tout ce qu’il faut savoir sur les ganglions lymphatiques.

Les ganglions lymphatiques (ou nœuds lymphatiques) sont de petits organes en forme de haricot appartenant au système lymphatique. Ce dernier est un réseau de canaux qui ressemble beaucoup au réseau veineux. Son rôle est de transporter la lymphe, un liquide incolore. Le système lymphatique fait partie du système immunitaire.

Où se trouvent les ganglions lymphatiques?

Les ganglions lymphatiques sont présents partout dans le corps. Ils viennent toujours en paires disposées de façon symétrique dans l’organisme. Les ganglions sont souvent organisés en chaînes ou groupés en amas. Ils sont reliés par des vaisseaux lymphatiques, grâce auxquels la lymphe est transportée des tissus vers le sang. Certains ganglions sont superficiels et palpables chez les sujets minces, alors que d’autres sont profonds et visibles seulement en radiologie. Ils sont plus facilement palpables sur les côtés du cou et dans les régions de l’aisselle et de l’aine. Mais il en existe d’autres, qu’on ne peut pas détecter au toucher, au niveau de l’abdomen, du bassin et de la poitrine.

Les particularités des ganglions lymphatiques

En assurant la filtration de la lymphe, les ganglions jouent un rôle fondamental dans le fonctionnement du système immunitaire: ils nettoient la lymphe des bactéries, virus et autres intrus qui s’y trouvent. Les ganglions lymphatiques sont également responsables de la fabrication et du stockage des lymphocytes (un type de globules blancs qui aident à lutter contre les virus et les bactéries qui causent les infections) et de la formation des immunoglobulines (anticorps). Ainsi, en cas d’infection, les ganglions, à l’aide des lymphocytes, forment une sorte de barrière immunitaire d’une extrême importance. Si tout se passe bien, le microbe est détruit et ses débris sont éliminés par des cellules chargées du «nettoyage», comme les macrophages. Grâce aux lymphocytes, l’organisme «garde en mémoire» l’identité de l’agresseur et prépare la riposte avec les anticorps en cas de récidive. À l’inverse, si la barrière ganglionnaire est franchie, soit par un germe hyper virulent ou à cause d’un affaiblissement des défenses de l’organisme, le microbe survivant se retrouve dans le sang. On peut alors parler d’une septicémie, une infection généralisée très dangereuse.

Si nos ganglions sont enflés, cela peut indiquer qu'on est atteinte...

... d'une infection virale ou bactérienne: C’est la raison la plus fréquente. L’emplacement du ganglion lymphatique enflé indique l’origine de l’infection. Par exemple, une infection touchant les pieds, les jambes ou les organes génitaux (une ITS ou un herpès génital, par exemple) provoque l’enflure des ganglions lymphatiques situés près de l’aine. Si les ganglions sous les aisselles sont enflés, l’infection peut provenir d’une coupure à un bras ou à un doigt. Une mononucléose, une infection de l’oreille ou de la gorge provoquent une enflure des ganglions du cou. S’il y a un gonflement généralisé des ganglions lymphatiques, cela indique qu’une maladie s’est étendue au-delà de la barrière ganglionnaire. La rougeole, la rubéole, la varicelle, la scarlatine et le sida peuvent mener à ce résultat.

... d'un cancer: Certains cancers provoquent l’enflure des ganglions lymphatiques. C’est le cas des cancers de l’estomac, de l’œsophage, de la thyroïde et du sein, qui débutent dans un organe avant de se répandre (par métastases) ailleurs. Comme pour les infections, les ganglions lymphatiques constituent une barrière contre la dissémination de la maladie. Malheureusement, lorsqu’il y a cancer, cette barrière est souvent franchie. D’autres cancers, comme la maladie de Hodgkin ou le lymphome non hodgkinien, causent aussi l’inflammation des ganglions lymphatiques à plusieurs endroits. Ce type de cancer prend son origine dans un ganglion. Par exemple, la maladie de Hodgkin est caractérisée par une prolifération de cellules au niveau des ganglions lymphatiques, généralement ceux du cou. Dans tous les cas, les ganglions augmentent graduellement de volume sans qu’il y ait de douleur.

... d'un trouble immunitaire: Les allergies, le lupus érythémateux disséminé et la polyarthrite rhumatoïde entraînent aussi un gonflement généralisé des ganglions lymphatiques.

On doit consulter lorsque...

... les ganglions n’ont pas diminué de volume après quatre semaines.

... les ganglions sont rouges, très sensibles et qu’ils dégagent de la chaleur.

... on éprouve peu ou pas d’autres symptômes accompagnant ce gonflement.

... on constate une augmentation du volume des ganglions situés derrière les oreilles, car cela pourrait indiquer une infection des méninges.

... un ou plusieurs ganglions sont apparus progressivement, sans raison apparente, surtout s’ils sont durs, indolores ou collés à leur environnement.

... on remarque que des ganglions lymphatiques enflés apparaissent en même temps ou à intervalles très courts sur différentes parties du corps.

... lorsque le problème survient après un voyage à l’étranger.

La technique du «ganglion sentinelle»

La technique du «ganglion sentinelle» accélère le diagnostic dans les cas de cancer du sein. La méthode consiste à extraire, en même temps que la tumeur, les premiers ganglions de la chaîne qu’atteignent les cellules malignes dans le processus de la propagation de la maladie. Si leur analyse démontre qu’ils ne contiennent pas de cellules cancéreuses, le médecin met fin à l’opération sans toucher aux autres ganglions, ce qui réduit considérablement les séquelles post-opératoires. Plus on enlève de ganglions, plus on compromet le drainage lymphatique du bras, ce qui peut causer certains problèmes, comme une enflure du bras appelée lymphœdème. À l’inverse, si leur analyse révèle la présence de cellules cancéreuses, cela oriente le traitement.

haut
117
Imprimer Courriel Twitter Facebook

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.