Comment venir à bout du ronflement?

Le ronflement affecte des milliers de Québécois. Si ce trouble afflige surtout les hommes, il n’épargne pas les femmes pour autant. On vous donne des solutions efficaces pour atténuer le ronflement... et même l’éliminer!

Un ronflement léger peut produire des sons de l’ordre de 40 décibels, ce qui est l’équivalent du bruit d’une voiture, alors qu’un ronflement fort peut émettre des sons de plus de 70 décibels, ce qui est comparable au bruit d’une turbine hydraulique! Pas étonnant, donc, que 50 % des ronfleurs gênent leur conjoint et qu’environ 10 % d’entre eux peuvent être entendus d’une pièce voisine... Ce trouble peut aussi nuire au ronfleur lui-même, car il perturbe le sommeil.

Pourquoi ronfle-t-on?

Le ronflement est provoqué par la vibration du voile du palais et de la luette suite à un rétrécissement du conduit d’air qui survient durant le sommeil et qui est causé par le relâchement des muscles qui maintiennent normalement la voie d’aération ouverte. Cette anomalie, qui est souvent liée à un affaissement des tissus du palais, empire avec l’âge. Le ronflement peut aussi avoir une cause mécanique, comme une déviation d’une cloison nasale, une congestion chronique des voies nasales, des amygdales trop grosses ou la présence de polypes (petites tumeurs bénignes) dans les fosses nasales. Plusieurs facteurs, tels que la chute hormonale au moment de la ménopause et la prise de somnifères, peuvent aggraver ce phénomène.

Trucs simples pour combattre le ronflement

Pour le ronfleur occasionnel ou peu bruyant

  • Dormir sur le côté. Lorsqu’on se couche sur le dos, le voile du palais retombe vers l’arrière de la cavité buccale, ce qui obstrue le passage de l’air et accentue le ronflement. On recommande donc de se coucher sur le côté ou sur le ventre. Un bon truc pour éviter de rouler sur le dos pendant son sommeil est de coudre une balle de tennis dans le dos de son pyjama.
  • Perdre du poids. L’obésité — ou un gain de poids important — est un des principaux facteurs provoquant le ronflement. Perdre les kilos superflus est donc une solution efficace pour remédier aux «concerts nocturnes».
  • Cesser de fumer. Le tabac entraîne le gonflement des muqueuses nasales qui, en obstruant les voies respiratoires, augmentent le ronflement.
  • Diminuer sa consommation d’alcool. Prendre de l’alcool avant de se coucher fait ronfler, car ça entraîne le relâchement de certains muscles.
  • Humidifier l’air. L’air sec provoque souvent une rhinite (inflammation aiguë), et le chauffage empire cette situation. Un humidificateur et une température ambiante ne dépassant pas 18 à 20 °C aideront grandement le ronfleur.
  • Dormir suffisamment. Le surmenage et la fatigue peuvent être des causes de ronflement.
  • Prendre un souper léger. On recommande aux ronfleurs d’éviter de manger un gros repas avant de se mettre au lit.

Pour le ronfleur dont le problème est plus important

  • Masque nasal ou CPAP. Ce traitement non chirurgical élimine le ronflement chez 95 % des patients. Le masque nasal ou CPAP (Continuous Positive Airway Pressure) est relié à un petit compresseur qui, en poussant l’air par le nez, maintient les voies aériennes supérieures ouvertes. Cet appareil doit toutefois être porté toutes les nuits, car il ne guérit pas le ronflement.
  • Prothèse buccale. Ce traitement consiste à porter une prothèse dentaire durant la nuit. Cette dernière permet de maintenir la mâchoire inférieure et la langue en position avancée, ce qui a pour effet d’agrandir l’ouverture des voies respiratoires supérieures. Cette prothèse doit aussi être portée toutes les nuits, car elle ne règle pas définitivement le problème.
  • Chirurgie traditionnelle. L’uvulopalatopharyngoplastie chirurgicale, mieux connue sous l’abréviation UPPP traditionnelle, est utilisée pour traiter les personnes souffrant d’apnée du sommeil (type d’arrêt respiratoire). Cette intervention consiste à diminuer la taille de la luette et à modifier la forme du palais.
  • Chirurgie au laser. C’est le traitement chirurgical le plus employé à l’heure actuelle: il raccourcit la luette et modifie la voûte du palais. Contrairement à la chirurgie traditionnelle, il est fait sous anesthésie locale, en cabinet privé, et il permet d’éviter les complications reliées à une opération conventionnelle. Plusieurs traitements sont parfois nécessaires.
  • Somnoplastie. Cette nouvelle technique consiste à créer de petites lésions dans les muscles du voile du palais à l’aide d’une électrode véhiculant des ondes de radiofréquence. Ces lésions provoquent, en se cicatrisant, la contraction des muscles, ce qui réduit le ronflement. Effectuée sous anesthésie locale, cette intervention offre l’avantage d’être moins douloureuse.
Imprimer Courriel Twitter Facebook

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.