6 trucs pour épargner à l'épicerie

Chaque fois qu'on entre au supermarché ou dans un magasin à grande surface, on se retrouve bombardé de bas prix et d'offres alléchantes. Voici 6 astuces pour ressortir du magasin sans vider son porte-monnaie... ni se retrouver avec des articles dont on n'avait pas besoin!
1. Ne pas acheter de produits en portions individuelles
La portion individuelle d'un produit coûte toujours plus cher que sa version grand format.
Voici quelques exemples:
Aliment
Coût
Coût par 100 g
Yogourt nature 2 %, format de 175 g

1,09  $

0,63  $

Yogourt nature 2 %, format de 750 g

2,99  $

0,40  $

Fromage cheddar Ficello de la marque Black Diamond,
8 x 21 g

2,99  $

1,78  $

Fromage cheddar en brique de la marque Black Diamond, format de 500 g

7,99  $

1,60  $

Jambon en tranches, format de 175 g

4,29  $

2,54  $

Jambon en tranches, format familial de 500 g

7,99  $

1,60  $

1 pomme McIntosh

0,75  $

0,44  $

1 sac de pommes McIntosh, format de 2,27 kg

4,99  $

0,22  $

La solution: On privilégie les formats courants plutôt que les petits formats ou les formats unitaires et on répartit les aliments dans de petits contenants une fois à la maison. On congèle lorsque c'est possible.
2. Éviter les aliments et les plats préparés
On gagne du temps, certes... Mais on paye pour la main-d'œuvre et l'emballage!
Aliment
Coût
Coût par 100 g
Minicarottes, sac de 336 g

1,79  $

0,53  $

 Carottes, sac de 1,36 kg

2,29  $

0,17  $

Cubes de poulet pour brochettes 200 g

3,96  $

1,98  $

Poitrines de poulet désossées et parées (il ne reste qu’à couper) 200 g

3,30  $

1,65  $

Melon d’eau en cubes, format de 345 g

3,03  $

0,88  $

Melon d’eau entier, environ 2,5 kg

3,99  $

0,15  $

La solution: On achète des aliments qui ont subi le moins de transformation possible. Plus un produit a été transformé, plus il coûte cher; certains sont même vendus jusqu'à 4 fois plus cher que l'aliment non transformé! De plus, la plupart des denrées transformées contiennent une foule d'agents de conservation et d'additifs alimentaires

Additifs alimentaires

Substances naturelles ou artificielles que l'on ajoute aux aliments durant leur fabrication pour prolonger leur durée de conservation, améliorer leur texture ou leur apparence, faciliter leur transformation ou leur entreposage, empêcher le développement de micro-organismes indésirables ou préserver leur valeur nutritive.
Voir tout le glossaire article
. La lasagne surgelée fait sans aucun doute gagner du temps un soir de semaine, mais au bout du compte, c'est notre portefeuille qui en souffre!
3. Baisser les yeux
Plusieurs études ont montré que les articles placés à la hauteur des yeux se vendent trois fois mieux que ceux qui sont placés au niveau des genoux... et ce n'est pas un hasard! Certains fabricants payent un supplément aux supermarchés pour que leurs produits soient placés à la hauteur des yeux, et ceux-ci sont souvent vendus plus cher que les autres. Ainsi, la prochaine fois que vous ferez l'épicerie, baissez le regard au niveau des chaussures: vous y trouverez des prix beaucoup plus intéressants!
4. Tracer son propre parcours
Tout a été pensé dans les supermarchés et les grandes surfaces: de l'entrée à la sortie, chaque aliment a été judicieusement placé, pour nous faire dépenser le plus possible. Pas étonnant que le lait, le pain et les autres produits courants se trouvent la plupart du temps au fond de l'épicerie! Pour s'y rendre, il faut passer par les rangées remplies de toutes sortes d'articles qui finiront éventuellement dans le panier. Et les commerçants font la majeure partie de leurs profits avec ces produits. Un truc: on fait nos courses dans un supermarché plus petit, et on s'en tient à la liste qu'on a dressée au préalable. On peut aussi visiter les commerçants spécialisés; on dépensera sans doute moins chez le boucher du coin que chez Costco!
5. Se méfier des faux rabais
Et il y en a! Par exemple, certains articles qui figurent dans les dépliants publicitaires ne sont pas nécessairement en solde, ils peuvent être simplement mis en vedette! À nous de nous assurer, une fois sur place, qu'ils sont bien offerts à prix réduit. Il arrive également que certains produits placés au bout des allées soient mis en valeur avec des affiches aux couleurs vives, qui comportent des mentions telles que «Prix choc!» ou «3 pour 6 $». Toutefois, si l'on vérifie plus loin dans la rangée, on constate parfois que ceux-ci sont vendus à l'unité au même prix, soit 2 $ chacun, en tout temps! Finalement, on surveille les «produits associés». On peut par exemple offrir en magasin un sac de croustilles à prix réduit, tandis que juste à côté se trouve un pot de salsa... dont le prix a été «adapté» à la hausse pour combler la perte causée par l'offre spéciale!
6. Se tenir loin des dégustations
Elles sont là pour nous faire acheter de nouveaux produits, point à la ligne! Le produit est bon, il dégage une odeur qui fait saliver dès qu'on passe les portes du supermarché... Mais attention! Les nouveautés coûtent souvent jusqu'à 15 % plus cher que les produits équivalents, histoire de couvrir les frais de recherche, de marketing... et de dégustation! Si le produit nous plaît, pourquoi ne pas se rendre dans l'allée où il est vendu, où nous pourrions peut-être dénicher un produit équivalent et, surtout, moins cher?
haut
112
Imprimer Courriel Twitter Facebook

Commentaires

Anonyme (non vérifié)

que d effort et de volonté pour bien nourrir sa famille merci de nous encourager et ne cessez pas de nous renouveller vos bons conseils car nous sommes faibles lorque nous avons faim et nous avons le souci d être une mère et un femme parfaite dans la mesure du possible signé une femme en 2013

Publié le lun, 2013-01-21 11:38

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.